Étudiants

ÉTUDIANT(E)S GRADUÉ(E)S

Alexandra Nedelcu, D.Ps.

Alexandra Nedelcu est détentrice d’un doctorat en psychologie clinique de l’Université de Sherbrooke. Son mémoire doctoral, effectué sous la supervision de Simon Grégoire, porte sur l’implantation d’ateliers de groupe basés sur l’approche d’acceptation et d’engagement (les ateliers Korsa; http://www.korsa.uqam.ca/) destinés à réduire le stress et l’anxiété chez les étudiants postsecondaires. Plus précisément, elle s’est intéressée aux facteurs qui peuvent favoriser ou nuire à l’implantation de ces ateliers dans les cégeps et les universités. La présence attentive constitue un de ses champs d’intérêt depuis plusieurs années, autant sur le plan clinique, scientifique, que personnel.   Pour avoir accès au mémoire doctoral d’Alexandra, cliquez ici : https://savoirs.usherbrooke.ca/bitstream/handle/11143/12124/Nedelcu_Alexandra_DPs_2018.pdf?sequence=3&isAllowed=y

Julie Déziel, M. Sc. en sexologie, UQAM.

Julie Déziel détient un baccalauréat en sexologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Depuis l’hiver 2016, elle est étudiante à la maîtrise en sexologie, profil recherche/intervention à l’UQAM, sous la supervision de Dre Natacha Godbout. Son mémoire de maîtrise porte sur l’effet médiateur de la pleine conscience dans la relation qui unit l’anxiété et le désir sexuel chez les clients qui consultent en sexologie clinique.

ÉTUDIANT(E)S AUX CYCLES SUPÉRIEURS

Laurence DeMondehare, doctorante en psychologie organisationnelle, UQAM.

Laurence a complété un baccalauréat en psychologie à l’université McGill et elle est maintenant doctorante en psychologie industrielle et organisationnelle, profil combiné PsyD/PhD à l’UQAM sous la supervision de Simon Grégoire. Elle s’intéresse particulièrement à l’application de la présence attentive et de l’approche d’acceptation et d’engagement (ACT) en milieu de travail et en contexte thérapeutique. Son projet de thèse porte sur l’évaluation d’une intervention issue de l’approche ACT auprès de professionnels de la santé. Elle travaille également pour la clinique MindSpace sous la supervision du Dr. Joe Flanders.

Anne-Marie Lajoie, doctorante en psychologie organisationnelle, Université de Sherbrooke.

Anne-Marie Lajoie a un baccalauréat en psychologie à l’Université Laval. Elle poursuit présentement ses études au doctorat en psychologie organisationnelle à l’Université de Sherbrooke. Ses intérêts de recherches concernent principalement la présence attentive et ses impacts ainsi que ces antécédents en milieu du travail. Son projet de thèse porte sur le lien entre la présence attentive et l’innovation. De plus, elle y inclut une identification des facteurs pouvant faciliter la présence attentive en milieu de travail.

Lysa-Marie Hontoy, doctorante en psychologie clinique, Université de Montréal.

Lysa-Marie est détentrice d’un baccalauréat en psychologie à l’Université de Montréal où elle poursuit présentement ses études au doctorat en psychologie du travail et des organisations. Ses intérêts de recherche portent sur l’impact de la présence attentive et de l’approche d’acceptation et d’engagement (ACT) sur la santé psychologique des travailleurs. Elle est impliquée dans plusieurs projets du GRIPA soit Virgule, Korsa ainsi que le Projet Équilibre.

Noémie Bigras, doctorante en psychologie, UQAM.

Noémie est détentrice d’un baccalauréat en psychologie à l’Université du Québec en Outaouais, et d’une maîtrise en sexologie, profil recherche et intervention à l’UQAM. Elle poursuit présentement ses études doctorales en psychologie, profil combiné PsyD/PhD à l’UQAM, sous la supervision de la professeure Natacha Godbout. Elle s’intéresse particulièrement aux répercussions psychosexuelles des traumas interpersonnels à l’enfance. Son projet de thèse porte sur le rôle de l’attachement et de la présence attentive sur le fonctionnement psychosexuel des survivants de traumas interpersonnels.

Jade-Isis Lefebvre, doctorante en psychologie, Université de Sherbrooke.

Jade-Isis Lefebvre est détentrice d’un baccalauréat en psychologie clinique à l’Université Bishop’s et une maîtrise en counselling psychology à l’Université McGill. Actuellement, elle poursuit ses études au doctorat en psychologie clinique à l’Université de Sherbrooke. Elle effectue sa thèse doctorale sous la supervision de Francesco Montani, PhD. Jade-Isis est professeure de yoga et de méditation. Ses intérêts de recherche incluent la compassion au travail au niveau individuel et groupal. De plus, elle s’intéresse particulièrement à la compassion envers soi chez les travailleurs de la santé. En combinant ses intérêts pour la psychologie clinique et organisationnelle, Jade-Isis vise à apporter un changement qui a pour but d’aider les professionnels à accroître leur bien-être personnel, celui de leurs collègues, et celui de leur clientèle.

Frédéric Pinard, doctorant en psychologie, Université de Sherbrooke.

Frédéric Pinard poursuit ses études au doctorat en psychologie organisationnelle à l’Université de Sherbrooke sous la supervision de Francesco Montani. Ses champs d’intérêts se situent autour des thèmes de l’innovation, la créativité et le bien-être au travail. Il s’intéresse spécialement aux impacts médiateurs et modérateurs de la présence attentive et de la compassion sur les comportements innovants individuels et d’équipe en entreprise.[/expand]

Laurence Morin, doctorante en psychologie clinique, Université de Montréal.

Laurence complète actuellement son baccalauréat en psychologie à l’Université du Québec à Montréal. Elle travaille présentement dans le laboratoire de Simon Grégoire à titre d’assistante de recherche. Elle s’intéresse grandement à la présence attentive ainsi qu’à ses effets sur le bien-être individuel et interpersonnel. Laurence est aussi impliquée dans le projet Virgule.

Cloé Fortin, doctorante en psychologie organisationnelle, UQAM.

Cloé a complété une maîtrise en gestion et est à présent étudiante au doctorat en psychologie du travail et des organisations (PsyD) à l’UQAM sous la supervision de Simon Grégoire. Elle s’intéresse particulièrement au comportement humain, aux jeunes, à l’entrepreneuriat, au mode de gestion opale (autogestion/teal) et au leadership. Ses objectifs professionnels sont d’aider les gens, les organisations, les groupes et les systèmes à développer les habiletés qui leur permettront de faire les choses qui sont importantes pour eux, de manière consciente et avec une présence de qualité. Au sein du GRIPA et pour sa recherche, elle travaille à la conception et à l’évaluation de formation basée sur l’ACT en milieu de travail. Elle collabore aussi avec Leadership Vertical qui accompagne les organisations dans l’évolution de leur maturité.

Frédéric Piot, doctorant en éducation, UQAM.

Après plusieurs années passées dans des organisations en tant que gestionnaire et au développement d’affaires, Frédéric à décider de réorienter sa carrière dans le domaine de la relation d’aide en devenant conseiller d’orientation, profession qu’il exercice aujourd’hui dans le cadre d’une pratique privée. Parallèlement à cela, il poursuit ses études au doctorat (en éducation) sous la supervision de Simon Grégoire et Louis Cournoyer, s’intéressant particulièrement aux effets de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) combinée à d’autres approches sur le processus de réengagement de travailleurs qui vivent un sentiment d’impasse à l’égard de leur carrière.[/expand]

Cécile Renucci, doctorante en psychologie organisationnelle, UQAM.

Cécile est étudiante au doctorat en psychologie industrielle/organisationnelle à l’UQAM sous la supervision de Louis Baron. Elle a préalablement obtenu un baccalauréat en administration des affaires spécialisé en management à HEC Montréal, puis un baccalauréat en psychologie à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse principalement au développement du leadership en contexte de formation. Son projet de thèse porte sur le rôle de pratiques de formation novatrice, telles la méditation et la présence attentive dans le développement du leadership.

Ariane Sophie Marion-Jetten, doctorante en psychologie organisationnelle, UQAM.

Ariane Sophie a complété un baccalauréat (de type Honours) en psychologie à l’Université McGill et elle est maintenant doctorante en psychologie industrielle et organisationnelle, profil combiné PsyD/PhD à l’UQAM sous la supervision de Geneviève Taylor et Kaspar Schattke. Elle s’intéresse à la théorie de l’autodétermination (Deci et Ryan, 2000), particulièrement en ce qui concerne la motivation autonome et les façons de la promouvoir. Ses intérêts de recherche portent sur les facteurs permettant de prévenir les crises d’actions chez les étudiants de niveau postsecondaire, grâce à des interventions basées sur la présence attentive, afin de les aider à mieux choisir leurs buts et ainsi favoriser une motivation autonome envers ces derniers.

Véronique Taylor, stagiaire post-doctorale, McGill.

Véronique Taylor est stagiaire post-doctorale à McGill en psychologie et neurosciences cognitives. Les travaux de son doctorat portaient sur les effets de la peur sur la douleur, en particulier de la façon dont ces interactions sont pertinentes pour les troubles impliquant le conditionnement à la peur (ex.: troubles anxieux, stress post-traumatique, douleur chronique). Ces travaux portaient également sur les bienfaits de la présence attentive à l’égard des effets de la peur sur la souffrance afin de mieux comprendre comment celle-ci peut atténuer la peur maladaptée et les comportements qui en sont issus. Elle souhaite d’autant plus comprendre comment les effets de la méditation pleine conscience sur la peur et la souffrance se manifestent aux niveaux physiologique, cérébral, et hormonal. Ses études antérieures lui ont permis d’étudier les mécanismes neuro-fonctionnels sous-tendant la façon dont la méditation pleine conscience affecte le traitement émotionnel. De plus, elle a également étudié l’impact de l’entraînement à long terme en méditation pleine conscience sur l’organisation cérébrale fonctionnelle.

Brent Beresford, doctorant en psychologie, UQAM.

Brent Beresford est doctorant au programme de recherche et intervention en psychologie à l’UQÀM, sous la direction de Simon Grégoire et Julie Ménard. Sa recherche doctorale porte sur le projet KORSA. Avant d’entamer ses études doctorales, Brent a œuvré 12 ans comme ergothérapeute. Il a une formation approfondie dans la thérapie de l’acceptation et de l’engagement (ACT). Il est aussi instructeur qualifié du MBSR (la réduction de stress basée sur la présence attentive). Il a effectué toutes les formations exigées du Centre de Mindfulness à l’Université du Massachusetts pour avoir droit à ce titre. Au cours des cinq dernières années, Brent a développé et mené des groupes de thérapie basés sur ACT avec plusieurs populations : des étudiants universitaires, des nouveaux arrivants, des cadres. Il a aussi mené des groupes basés sur la présence attentive pour des professionnels de la santé espérant intégrer cette approche dans leur propre travail. Sa pratique personnelle de méditation et de yoga remonte à 2010. Depuis ce temps, il a effectué plusieurs retraites en silence.

Éliane Dussault, doctorante en sexologie, UQAM.

Éliane Dussault est détentrice d’un baccalauréat et d’une maîtrise en sexologie, profil recherche-intervention à l’Université du Québec à Montréal. Elle poursuit son doctorat en sexologie à l’UQAM sous la supervision de la professeure Natacha Godbout. Ses intérêts de recherche s’articulent autour du rôle de la présence attentive en lien avec la sexualité de populations adultes, et notamment auprès de survivants de traumas vécus à l’enfance. Elle souhaite arrimer les résultats de ses recherches à des démarches éducatives auprès d’individus de la population générale, afin que la présence attentive leur procure un mieux-être individuel, relationnel et collectif.

Félix Brochu, candidat au Ph. D. sur mesure de l’Université Laval

Félix Brochu est étudiant au doctorat sur mesure à l’Université Laval sous la direction de Charles Baron. Il a préalablement obtenu un baccalauréat en économie et une maîtrise en développement des personnes et des organisations, tous deux aussi à l’Université Laval. Fasciné par le développement authentique et spirituel des leaders, Félix axe plus spécifiquement son projet de thèse sur la façon dont l’accès à des états de conscience élargis peut contribuer à affiner les intentions et le déploiement des plus hautes potentialité des leaders et des facilitateurs de changements collectifs.

Guylaine O’Reilly, étudiante à la maîtrise en éducation, UQAM

Guylaine O’Reilly détient un baccalauréat en enseignement au secondaire, profil sciences (UQAM) ainsi qu’un certificat en éducation préscolaire et en enseignement primaire (UQAM).  À l’automne 2016, elle entame une maîtrise en éducation, profil recherche à l’UQAM. Le sujet de son mémoire porte sur l’étude de la mise en œuvre d’interventions basées sur la présence attentive en contexte d’éducation préscolaire et du premier cycle du primaire.  Sa recherche est faite sous la supervision de Karine Rondeau.